19/02/2004

27. La maladie d’Alzheimer photographiée.


 
Récemment, des chercheurs suédois ont constaté qu’on pouvait accrocher à une des protéines responsables de la dégénérescence des neurones, une molécule fluorescente. Ce procédé leur a permis ensuite de prendre des « clichés » de patients atteints de la maladie d’Alzheimer. En utilisant la technique de l’imagerie médicale, ces scientifiques ont pu ainsi suivre, étape par étape, l’avancée de la maladie et voir l’état des neurones dans le cerveau malade.
Cette découverte devrait permettre, dans un proche avenir :
-d’une part d’en apprendre un peu plus sur cette maladie dont l'origine et les causes restent en partie inconnues.
-d'autre part, peut-être autoriser les médecins à poser un diagnostic précoce avec l'aide de l'imagerie médicale du cerveau. 


Rappelons que la maladie d'Alzheimer reste la maladie neurodégénérative qui touche le plus les personnes âgées de plus de 70 ans. Elle « attaque » les neurones et entraîne de graves troubles de la mémoire et des fonctions intellectuelles.
Cette maladie progresse inéluctablement vers une démence ainsi qu’une déchéance physique et mentale.
Plus d'informations sur cette maladie dans les articles archivés de ce site.




Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

09/02/2004

26. Idées reçues sur la sécurité.



Dans nos institutions, il n'est pas rare que des membres des familles demandent que des barrières de lit soient placées afin de "protéger de la chute" les personnes âgées, surtout les personnes dépendantes ou confuses. Ces demandes partent d'une bonne intention. Il est alors important d'expliquer que les barrières de lit sont parfois franchies par les personnes... et que les études démontrent que les chutes, par-dessus les barrières de lit se révèlent alors beaucoup plus dangereuses que les incidents qui surviennent quand la personne glisse hors de son lit. Parmi les accidents déclarés, 90% des chutes survenues au-dessus des barrières ont des conséquences graves, des accidents mortels sont même recensés chaque année (étude de l'agence française de sécurité sanitaire).
La pose de barrières de lit est parfois encouragée par certains membres du personnel de nuit des établissements à qui les barrières procurent une certaine tranquillité, au détriment de la véritable sécurité des personnes âgées. 

Il faut rappeler que les barrières de lit sont des contentions.  La mise en place de barrières de lit ne doit pas être prise sans l'avis du médecin, ni sans l'accord de la personne ou de ses représentants. La décision ne doit pas être systématique, elle doit découler d'un consensus. 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer