26/05/2004

38. Surdité professionnelle.

 

 





Mon père a séjourné chez les morts.
Les morts n'étaient pas les malades
mais ceux qui les abandonnaient
pour la journée entière
sans aucun soin de parole.




Les morts étaient ces gens de bonne santé
et de vive jeunesse, répondant à mes questions
en invoquant le manque de temps et de personnel,
et qui, agacés, finissaient par conclure :
" de toute façon, vous ne pouvez pas comprendre".




Les morts étaient ces gens murés
dans leur surdité professionnelle.
Personne ne leur avait appris que soigner
c'était aussi reconnaître par le regard et la parole
la souveraineté intacte de ceux qui ont tout perdu.
 

 

extraits du livre " la présence pure " de Christian BOBIN.
maison d'édition: "le temps qu'il fait" à Cognac (FRANCE)



Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

11/05/2004

37. Personnes âgées et internet.



Angèle Chaussemy, photo ci-contre, est une Française âgée de 96 ans. Initiée par la dynamique direction de sa maison de repos, elle a franchi le pas vers les nouvelles technologies de l'information.
C'est ce qui lui a valu d'être la vedette de la onzième journée thématique de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie, qui s’est tenue à Paris en ce mois de mai 2004.
Angèle s'était déplacée à Paris pour expliquer à un auditoire de professionnels étonnés, son parcours peu banal à la rencontre d' internet. Elle leur a dit combien ses hésitations initiales furent largement compensées par sa curiosité naturelle, son envie de suivre le progrès, de communiquer. Elle a expliqué comment, avec l'aide d'un guide attentif, elle avait appris à apprivoiser la souris, à adapter les caractères à sa vue, et même à dompter les "spams" et autres publicités intempestives.
Elle apprécie :
- la possibilité de se tenir informée des nouvelles du monde,
- naviguer sur Internet,
- correspondre avec sa famille,
- télécharger les musiques de son choix. Elle a même organisé un karaoké !
Le tout à son propre rythme et en totale liberté.
L’envie d’Angèle, son enthousiasme et ses réussites ont entraîné tout le personnel de sa maison de retraite de Seine-Maritime dans l’aventure...





Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

02/05/2004

35. Accidents vasculaires cérébraux(1).


.
En Europe, les accidents vasculaires cérébraux (A.V.C.) sont une des principales causes d'invalidité permanente et de décès. Cette affection brutale survient le plus souvent après 70 ans. Heureusement, l'accident vasculaire est parfois mineur et bref, et la circulation peut se rétablir sans laisser de séquelles importantes. On parlera alors d'accident ischiémique transitoire (A.I.T.).
Mais quand  le problème ne se résoud pas rapidement, nous nous trouvons face à une affection très grave. Près de 50 % des personnes qui sont victimes d'A.V.C. décèdent dans l'année qui suit. En Belgique, sur une population de plus de dix millions d'habitants,on compte environ 19.000 cas d'A.V.C. par an et ce type d'affection est responsable de près de 10.000 décès chaque année.
Les patients qui survivent doivent suivre une longue revalidation. La plupart d'entre eux en garderont de multiples séquelles, dont une invalidité fonctionnelle sévère. Pour les plus âgés, le placement en institution est souvent inévitable.









Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

36. Accidents vasculaires cérébraux(2).

 

Il existe deux types d' accidents vasculaires cérébraux :
-   La thrombose.
-   L'accident hémorragique.
La thrombose est le résultat de la formation d'un caillot de sang dans les artères. Ce caillot peut circuler dans le sang et venir obstruer une artère plus étroite dans le cerveau. Une partie du cerveau sera privée de sang et donc d'oxygène. Les cellules cérébrales de cette région, privées de cet apport d'oxygène, sont détruites.
L'accident hémorragique se caractérise par le déchirement de l'artère, ce qui provoque un écoulement de sang dans le cerveau. Cette hémorragie peut être la conséquence d'un 
traumatisme cranien (choc accidentel), d'une malformation congénitale (rupture d'anévrisme), ou d'une poussée de tension artérielle.Dans les cas les plus graves, le patient décède rapidement. Les personnes qui ont subi un A.V.C. gardent souvent des séquelles sur le plan moteur, sous forme d' hémiplégie, c'est à dire une paralysie des membres d'un côté du corps.
Cette paralysie peut affecter d'autres fonctions. Les patients peuvent souffrir de troubles de la parole et de la déglutition, de troubles de la vue, de troubles du comportement comme l'hyper-émotivité, d'incontinence, etc.

source : institut scientifique Belge de santé publique. (étude Dr Devroey, déc.2003).
 
Quand les personnes âgées frappées par un A.V.C. entrent en institution, elles sont particulièrement fragilisées. Elles sont  souvent découragées et la dépression les guette. C'est dire qu'elles doivent faire l'objet de beaucoup de sollicitude dans les soins. La rééducation par la kinésithérapie et parfois la logopédie est indispensable et va jouer un rôle primordial. Cette réadaptation doit apporter aux patients une aide importante sur le plan physique et un soutien essentiel sur le plan moral.













Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer