23/12/2004

67. La liberté de choisir.

 
 
 

 

La liberté de choix est un droit fondamental de la personne. De plus en plus, les personnes âgées s'en voient privées sous prétexte qu'elles sont trop âgées ou trop vulnérables.
Notre société a tendance à mettre en oeuvre des pratiques sécuritaires qui vont à l'encontre du respect du droit à la décision des personnes, particulièrement des personnes âgées.
Dans une société comme la nôtre, chacun prône et développe pour lui-même une indispensable autonomie. Sauf pour les plus faibles ?
Certes, il est de notre devoir de citoyen d'intervenir quand quelqu'un se met en danger, mais n'existe-t-il pas d'autres recours que la négation de la liberté d'autrui ?
 
 
Bertrand Dufourcq.  (Président de la fondation de France).

 
Certains professionnels des maisons de repos ont tendance, sans en prendre conscience, à imposer, par facilité, une vie normalisée, sans pouvoir de décision, aux personnes âgées.
On en rencontre même qui sont même fiers de proposer une vie sans soucis, sans se rendre compte qu'ils ne proposent qu'une vie sans le moindre choix, infantilisante et humiliante.
Qu'en est-il du droit d'être informé, de s'assumer, du droit à l'intimité, du droit de prendre la parole, du droit de se tromper, d'accepter de l'aide ou de la refuser.
Parfois même, qu'en est-il du droit de se  mouvoir, de se mettre debout, du droit de respirer l'air frais, d'aller à la toilette quand le besoin s'en fait sentir.
La liberté de choix doit être prise en considération jusqu'au bout de la vie, même et surtout pour les personnes les plus faibles, celles qui ont perdu leur autonomie physique comme celles qui souffrent de démences.
 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.