21/06/2005

85. C'est le temps de l'été.

 

 

 

Avec l'été, reviennent les périodes de fortes chaleurs. L'impact de la chaleur sur le corps humain est aggravé par l'effet conjugué du vieillissement physiologique et des pathologies sous-jacentes. L'exposition d'une personne âgée à une température environnementale élevée risque souvent d'entraîner une réponse insuffisante de ses mécanismes de thermorégulation.

 

 

quelques suggestions... 

 

  •  proposer aux personnes âgées dépendantes des boissons fraîches ne suffit pas, il faut encourager et aider à boire, ce qui permet de surveiller les quantités ingurgitées...cela demande évidemment plus de temps et de disponibilité, et la disponibilité ne se commande pas !
  •  offrir plus de potages, riches en sels minéraux, par exemple en proposant  un potage chaque soir.
  •  mettre au lit plus tardivement les personnes. Cette mesure offre un double avantage : cela permet d'hydrater les patients plus tard et de mieux leur faire profiter de la fraîcheur de la soirée.
  •  offrir des espaces climatisés, occulter les vitrages qui augmentent la chaleur en la réfléchissant, créer des courants d'air et faire circuler l'air en ouvrant les portes qui communiquent avec des endroits plus frais.
  •  faire porter des vêtements amples et favoriser les tissus légers comme le coton.
  •  Rafraîchir les personnes alitées avec des linges humides. 
  •  il est intéressant de revoir les posologies et de diminuer la consommation de médicaments diurétiques ou anxiolytiques chez les nombreuses personnes âgées souffrant d'insuffisance rénale. (il a été constaté en France, lors de la catastrophe vécue en août 2003, que trop peu de médecins avaient eu ce réflexe envers leurs patients âgés fragiles)
  •  etc,etc.  

    Pour informations plus complètes sur ce sujet, consulter les archives, ci-dessous à gauche, articles n° 15, 47 et 48.

  • Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    19/06/2005

    84. La dignité humaine.

     

     

     

     

    la dignité humaine est une valeur à laquelle on ne peut pas toucher, une valeur qui ne peut jamais être avilie ou amoindrie.

     


    Dominique Simonet.

    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    16/06/2005

    83. Elle débordait d'activité.

     
    La comédienne Suzanne Flon est décédée, ce mercredi 15 juin, dans une clinique parisienne. Une maladie fulgurante l'a emportée à l'âge de 87 ans.
    Au grand écran, Suzanne Flon avait obtenu deux César du meilleur second rôle féminin, le premier en 1984 pour "l'Eté meurtrier" et le second en 1990 pour "la Vouivre".
    Dans la vie privée, elle était accessible, joyeuse et sans chichis. Ses succès au cinéma ne lui ont pas fait plus tourner la tête que ses deux Molière de la meilleure comédienne reçus en 1987 et 1995.
    Cette année, elle avait achevé le tournage du film "Fauteuils d'orchestre" de Danièle Thomson. Au théatre, elle préparait pour la rentrée, son rôle dans "Savannah Bay", une pièce de Marguerite Duras.




    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    03/06/2005

    82. Un secret de 30 ans.

     

     


     

    Un des plus grands mystères de la politique américaine vient d'être levé. Un important magazine américain a publié, cette semaine, un article dans lequel W. Mark Felt, âgé de 91 ans, ancien directeur adjoint du FBI, dévoile publiquement son rôle capital dans le scandale du "Watergate". Le haut fonctionnaire en retraite reconnaît avoir été, trente ans plus tôt, le mystérieux informateur qui avait si bien renseigné la presse sur des pratiques douteuses commanditées par le président Nixon. Les révélations du vieil homme ont fait souffler un vent de folie sur les télévisions américaines, qui ont aussitôt convoqué de multiples experts pour débattre d'une question qui passionne l'Amérique depuis trois décennies.
    Mark Felt, qui coule des jours paisibles dans la ville de Santa Rosa en Californie, avait déjà confié son secret à sa proche famille en 2002. Il avait déclaré à son fils qu'«il n'était pas particulièrement fier» du rôle qu'il avait joué et qu'il avait peur d'être mal compris, mais qu'il avait envie de révéler publiquement  son lourd secret «parce qu'il approchait de la fin de sa vie». Finalement, en accord avec ses proches, le vieil homme a décidé de rédiger un article pour la revue à grand tirage "Vanity Fair".

     

    Durant la campagne électorale de 1972 qui avait abouti à sa réélection, le Président Nixon avait fait placer sous écoute téléphonique le siège du Parti démocrate. Prévenus par un mystérieux informateur, Carl Bernstein et Bob Woodward, deux courageux journalistes du Washington Post, avaient publié une série d'articles qui révélaient à l'Amérique et au monde, les pratiques illégales utilisées par le président Nixon. Le scandale du Watergate ( du nom de l'immeuble où était établi le siège du  parti démocrate) avait entraîné la démission du président républicain deux ans plus tard, en 1974.  



    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer