14/11/2005

102. Paroles acides.

 

 

« Je suis un psychanalyste juif en voie de décomposition, à la mémoire déclinante, à l’intelligence essoufflée, au sexe grabataire. »

 

«Assis dans mon fauteuil, je tue le temps.
Faux : on ne tue pas le temps, c’est lui qui nous tue. »

     


« La peine de mort, je la demande comme une grâce :
 la peine de vie est pour moi la peine capitale. »

 

Je hais les jeunes autant que je leur fais horreur.
Eux et moi nous sommes faits pour nous haïr :
ils sont ce que je fus, je suis ce qu’ils seront. »


 

extraits de : La seconde vie d'Abram Potz, de Foulek Ringelheim. Roman  publié aux éditions: "Luc Pire". L'oeuvre a obtenu le "Prix des lycéens 2005."»

A quatre-vingt six ans, Abram Potz va réagir et tenter de devenir le doyen mondial des tueurs en série ! Aussi tôt dit aussitôt fait : « J’ai tué un homme qui ne m’avait rien fait ». Le roman sera le récit de ce premier meurtre et de ceux qui le suivront. Un regard implacable et cynique sur le vieillissement.




Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.