20/11/2005

104. Elle a dansé pour ses 80 ans.


 
La danseuse étoile russe Maïa Plissetskaïa a dansé ce 20 novembre 2005 à Moscou. Une exceptionnelle soirée de gala a eu lieu au Kremlin à l'occasion de ses 80 ans, point d'orgue d'une carrière internationale de 60 ans. L'artiste a dansé sur une chorégraphie que Maurice Béjart lui a dédiée. Des soirées pour le jubilé de la danseuse seront également données en février 2006 à Londres et à Paris.

Née en 1925, Maïa Plissetskaïa a connu les pires années de la terreur stalinienne. Son père, ingénieur des mines du Spitzberg, en Norvège, et consul d'URSS, a été fusillé sur les ordres de Staline. Sa mère, actrice du cinéma muet, a été emprisonnée et déportée.
Dès lors, la petite Maïa sera élevée par sa tante, étoile du Ballet du Bolchoï. C'est ce qui lui permettra de débuter sa carrière de ballerine en bénéficiant de l'enseignement de sa tante et de son oncle, professeur de l'école de danse du Bolchoï.
Adulte, les tournées du Bolchoï la rendront célèbre dans le monde. Maïa brillera dans "Le lac des cygnes" et "Don Quichotte", ainsi que dans "Carmen". Courageuse, elle osera s'exprimer dans un système totalitaire. Elle paiera cette liberté de pensée. Le gouvernement soviétique l'utilisera comme ambassadrice extraordinaire à l'étranger tout en lui faisant l'affront de vexations incessantes à Moscou.
En Europe, elle sera l'invitée de l'Opéra National de Paris, du Ballet du XXème siècle de Béjart, du Ballet National de Lausanne, et de la plupart des festivals de danse majeurs. Maïa dansera au Bolchoï de 1943 à 1988. Plus tard, Maïa Plissetskaïa quittera son pays et dirigera le Ballet de l'Opéra de Rome ainsi que le Ballet National d'Espagne.
En 1994, elle a publié une autobiographie qui parle en toute franchise d'une carrière de ballerine dans l'union soviétique.
Avec son époux, l'artiste vit aujourd'hui entre l'Allemagne (à Munich) et la Lituanie d'où sa famille maternelle est originaire. Fait rare pour une artiste étrangère, elle a reçu en France le titre de Chevalier de la Légion d'Honneur.


Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.