30/06/2006

 135. Mission des soignants.

 

Vous qui êtes une personne âgée, sachez que nous sommes là pour vous aider à garder conscience de votre corps, votre plus ancien compagnon, souvent maltraité, trahi, abusé aussi, avec lequel vous vivez en permanence, jour après jour et nuit après nuit.

 

 

adaptation d'un texte de J. Salomé.

 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

25/06/2006

134. Debout.

 

photo_1217279316455-1-0

L'immobilisation est l'opprobe de la gériatrie.

 La gériatrie est une médecine debout.


                                                                                                                     Dr R. Grimbach.

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

20/06/2006

 133. A la veille de l'été.

guy-100-vedrin

 

Madame Maria Pierson-Ledent fête aujourd'hui son  107 ème anniversaire. Elle peut encore se déplacer au bras de ses enfants mais apprécie le confort de la chaise roulante. Entourée de sa famille, elle réside dans une maison de repos à Namur. 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

13/06/2006

132. Parole de la psychanalyste.

 

Les personnes âgées vivent     
dans nos maisons de repos     
le dernier chapitre de leur vie.   

 

 

"L'existence est comme un livre :     
 ce sont les dernières pages     
 qui donnent tout leur sens à l'histoire."   

                                                             
           
          
                                                                                                Danielle QUINODOZ.

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

01/06/2006

131. Une fin de vie en toute quiétude.

 

Un jour prochain, je ne reviendrai pas de ma promenade. Je le sais, je l'attends, je ne le redoute guère. Je partirai par quelque sentier familier. Mes pensées gambaderont, indomptables. Soudain, épuisé par mes échafaudages, grisé, exalté, mon coeur se mettra à hoqueter. Je chercherai appui sur quelque chêne de ma connaissance.

Là, dans cet état, mélange de torpeur et d'ultime sérénité, j'aurai, l'espace d'un instant, la plus précieuse illusion : le monde, tel que je l'ai connu, m'apparaîtra comme un vulgaire cauchemar, et c'est le monde de mes rêves qui prendra des allures de réalité. Je recommencerai à y croire, à chaque instant un peu plus. C'est lui que mon regard embrassera une dernière fois. Un sourire d'enfant viendra illuminer ma barbe couleur de montagne. Et, en quiétude, je fermerai les yeux.

 

extrait du roman " le premier siècle de Béatrice " d'Amin Maalouf.

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer