26/09/2006

148. Grande cause nationale.

Pour la 13eme journée mondiale "Alzheimer", le Premier Ministre français s’est rendu ce 21 septembre à Nice, chef lieu des Alpes Maritimes, l’une des villes les plus touchées par la maladie, mais aussi des plus réactives. "La maladie d’Alzheimer sera grande cause nationale en 2007" a annoncé Dominique de Villepin dans son allocution.
Alors qu’aujourd’hui en France, plus de 850 000 personnes sont atteintes de cette maladie neurologique et qu’1,4 million sera touché d’ici 2020, le gouvernement a décidé d’intensifier son action dans le cadre du Plan solidarité grand âge. Face à une maladie qui n’est dépistée que dans un cas sur deux, le chef du gouvernement a rappelé son souhait de "mettre en place une consultation de prévention financée par la sécurité sociale pour les personnes de plus de 70 ans ".
Une mission, présidée par le professeur Glowinski, doit réunir prochainement les plus grands experts nationaux afin d’obtenir une mobilisation à la hauteur de celle des maladies comme le SIDA et le cancer a encore annoncé le Premier Ministre français.

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

15/09/2006

 147. Activité physique et longévité.

L'activité physique  permet de vivre plus longtemps.

Pour les personnes âgées, il est indispensable  de garder une activité physique. Celles qui vivent de manière autonome ont de multiples occasions d’être physiquement actives. Qu’il s’agisse de marcher, de monter ou descendre un escalier, de faire du ménage, de jardiner, de faire ses courses et pour les personnes motivées de poursuivre une pratique sportive, toute activité physique génère une dépense énergétique. Celle-ci a été quantifiée par des méthodes isotopique et calorimétrique chez 302 personnes âgées de 70 à 82 ans vivant à leur domicile. Chaque personne a été suivie pendant une longue période (plus de 6 ans en moyenne) entre 1998 et 2006. Selon leur niveau d’activité, elles ont été classées en peu actives (< 521 kcal/j), moyennement actives (521-770 kcal/j) ou très actives (> 770 kcal/j). Durant cette période, 35 sont décédées. Les personnes dépensant le moins d’énergie au quotidien avaient un risque de décès deux fois plus important que celles qui s’activaient le plus. A chaque fois que les dépenses énergétiques étaient augmentées de 287 kcal/j, le risque de mortalité diminuait de 30%. Ce bénéfice était indépendant de l’âge, du sexe, de la race, du poids corporel, du lieu de résidence ou de la qualité du sommeil. Il ne dépendait pas non plus du niveau d’éducation, de l’état de santé préalable ou de la consommation de tabac. Cette étude quantitative des dépenses énergétiques, quelle qu’en soit l’origine, montre que le simple fait de bouger a un impact très positif sur notre espérance de vie.

 

étude publiée dans Succesfull aging edition : Manini T.M. et al. JAMA 2006 ; 296 : 171-179 - Bf 886-2006.

 

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

10/09/2006

 146. La froideur des chiffres.

Belgique :  l'Institut scientifique de Santé publique (ISP) a dressé un premier bilan de la surmortalité durant la période de canicule en 2006.

Sur une population totale de 10,5 millions d'individus, on estime qu'environ 940 personnes, principalement parmi les plus de 65 ans et surtout celles de 85 ans et plus, sont décédées prématurément des suites des pics élevés de températures et d'ozone enregistrés lors de la vague de chaleur.

Alors qu'un nombre de décès inférieur à la moyenne attendue a été relevé en juin, la mortalité a excédé cette moyenne au cours du pic de chaleur qui a frappé la Belgique du 12 au 18 juin (+144 décès prématurés).

En juillet également, le lien entre température, pics d'ozone et mortalité est clair, selon le cabinet. Trois vagues de chaleur (du 2 au 5, du 17 au 22 et du 24 au 28 juillet) ont donné lieu, pour tout le mois, à 739 décès supplémentaires, dont 501 (ou 68 pc) concernaient des personnes âgées de 85 ans et plus. 

Pour information, la Belgique compte environ 10,5 millions d'habitants.

 

 

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

01/09/2006

145. Les exilés de la société.

1 MRS

 

Dans la plupart des pays Européens, les politiques de soins et de services aux personnes âgées contribuent à les rendre plus dépendantes.  Les plus âgés deviennent objets de service dans une absence quasi totale de réciprocité. Ces politiques renforcent la construction sociale de la vieillesse comme temps de dépendance et de ségrégation en poussant des êtres à vivre dans le monde des vieux, des services et soins offerts aux vieux. Les vieux représentent toujours le non vivre, ce sont les exilés de la société. 

On ne peut plus reléguer les "vieux" dans un monde à part, sans lien ni prise avec le monde social actif.

 

Myriam Lequeu.


 "Misère et insolence de la vieillesse",  Editions labor, 1998.

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer