26/11/2007

169. L'indomptable Helen.

 

helensuzman1mm1

Helen Suzman, de son nom de jeune fille Helen Gavronsky, est née le 7 novembre 1917 à Germiston en Afrique du Sud. Ses parents étaient des émigrants juifs, originaires de Lituanie.
Après de brillantes études d'économie, Helen Suzman épouse un médecin, Moses Suzman, avec qui elle aura deux enfants.
A 36 ans, elle est élue députée d'Houghton, banlieue de Johannesburg. Six ans plus tard, elle fonde le parti progressiste (Progressive Party).
Entre 1961 et 1974, elle sera la seule à s'opposer inlassablement aux législations racistes adoptées par le gouvernement du Parti national. Isolée, Helen Suzman  essuie pendant plus de 10 ans les humiliations et les insultes des autres parlementaires blancs qui interrompent ses interventions par des quolibets « Retourne à Moscou » ou « Rentre en Israël ».
Elle se préoccupe du sort du détenu Nelson Mandela et lui rend visite dès 1967. Elle créera une relation d'amitié avec celui qui deviendra 
président du pays.
Son combat contre l'apartheid lui a valu, en 1978, la médaille des droits de l'homme aux Nations unies et, en 1980, la médaille de l'héroïsme. En 1989, à 72 ans, Helen Suzman renonce au parlement mais demeure active dans la politique sud-africaine. Elle crée la fondation Helen Suzman, qui agit en faveur de plus de démocratie en Afrique du Sud.
Les universités d'Oxford, de Cambridge et d'Harvard l'ont faite docteur honoris causa.
Veuve depuis 1994, cette grande dame habite toujours son domicile de Johannesburg. Elle a profité de son récent 90ème anniversaire pour dénoncer « les errements dans la lutte contre le sida » de son pays et critiquer le président Mugabe du Zimbabwe « dont l'économie est en ruine et les droits de l'homme en berne ».

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.