01/12/2007

170. Des femmes courageuses.

 

japan-gil-won-ok-300x257

 

Ces femmes octogénaires, survivantes de la guerre mondiale 40-45 témoignent dans le cadre d'une campagne d'Amnesty international.
Prisonnières des troupes Japonaises, elles ont été enrôlées de force dans un système d'esclavage sexuel mis en place au profit de l'armée Nippone pendant la seconde guerre mondiale. Ces survivantes attendent encore un statut plus de soixante ans après les faits.
Du 1er au 14 novembre dernier, elles ont raconté leur calvaire successivement à La Haye, Bruxelles, Berlin et finalement à Londres.         A l'origine de ce mouvement, Gil Won Ok, originaire de Corée du Sud, qui a été prostituée de force à l'âge de treize ans. Une hollandaise, Ellen van der Ploeg, quatre-vingt quatre ans, qui vivait avec sa famille dans les anciennes Indes néerlandaises (aujourd'hui l'Indonésie) a été prisonnière et esclave sexuelle entre 1943 et 1946. Elle a expliqué que les soldats diminuaient sa ration de nourriture si elle ne travaillait pas assez. Ils ne respectaient pas les ordres d'utiliser des préservatifs et elle a contracté une maladie vénérienne.
Le Parlement européen et le Conseil de l'Europe ont abordé le problème de ces femmes esclaves sexuelles avec le gouvernement japonais lors du sommet Union européenne (UE) – Asie orientale du 21 novembre de cette année.
Les choses ont-elles évolué depuis cette époque. Pas vraiment, selon Amnesty, qui dénonce encore régulièrement l'utilisation d'esclaves sexuelles dans des conflits armés, notamment en Afrique.

 

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.