08/04/2008

181. Les mémoires d'Henry

 

 henri

Le nouveau roman d'Henry Bauchau, sans doute le dernier, récapitule sa longue vie, riche de tant de choses vécues.
"Boulevard périphérique" avait été ébauché il y a vingt ans. Mais il a été écrit récemment, à Louveciennes, petite ville située dans le département des Yvelines, à seulement une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Paris.C'est là qu'Henry Bauchau s'est retiré, seul avec une dame de compagnie, dans une grande maison appartenant à son fils. C'est là qu'il remémore son existence et écrit chaque jour. Cet homme de 95 ans sent ses forces diminuer et le roman est traversé du souffle particulier que les personnes âgées ont le don de transmettre. Tout est dit, songe-t-on en refermant le livre.
Le roman relate une période douloureuse de la vie de Bauchau. Au début des années 1980, il traversait chaque jour Paris, la ville-lumière, la capitale trépidante de vie, pour se rendre près d'une malade hospitalisée. Une femme encore jeune, sa belle-fille, perdait son combat contre un cancer. Bauchau se souvient. Ils parlaient peu mais se regardaient, il tenait sa main. L'auteur mêle subtilement des souvenirs beaucoup plus anciens à cet épisode douloureux. Cela lui permet d'évoquer des évènements vécus pendant une autre tranche de sa vie, la seconde guerre mondiale.

 

Henri Bauchau, écrivain et psychothérapeute d'origine belge, né à Malines en 1913, résistant de la guerre 40-45, installé à Paris en 1946, vient de publier en 2008 "Boulevard périphérique", Editions:"Actes Sud"

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.