14/04/2008

182. Reconnaissance tardive.

2008 Louise bourgeois
 

Louise Bourgeois a aujourd'hui 96 ans : l'artiste travaille dans son atelier new-yorkais, le dessin, la gouache et l'aquarelle. Ce sont les seuls moyens d'expression qu'elle peut encore maîtriser.  On songe à Renoir peignant ses dernières toiles avec des pinceaux attachés à ses mains rongées par l'arthrite. On songe à Picasso et à ses ultimes «Autoportraits» de 1972. Comme eux, Louise Bourgeois a dédié son existence entière à la création.
Louise est née à Paris le jour de Noël 1911. Etudiante en dessin à l'Ecole nationale d'Arts décoratifs, elle effectue ensuite un rapide passage aux Beaux-Arts avant de fréquenter divers ateliers, ceux notamment d'André L'hôte et de Fernand Léger. Sa rencontre avec l'historien d'art Robert Goldwater - dont elle sera l'épouse jusqu'en 1973, date de la mort de celui-ci - la décide à aller s'installer définitivement aux Etats-Unis.
Elle n'est pourtant devenue célèbre qu'en 1982, année où le Musée d'Art moderne de New York, le MoMa, lui consacre une rétrospective. Le public découvre alors l'oeuvre de cette ingénue mamie dont les dessins, les sculptures et les installations évoquent les thèmes de l'androgynie, du couple, de la sexualité, du corps. Curieusement, ce succès demeurera longtemps ignoré en France. Il faudra en effet attendre 1990 pour voir le Musée d'Art contemporain de Lyon accueillir sa première rétrospective en France. Cette année , c'est le Centre Pompidou qui  expose l'oeuvre inclassable de Louise Bourgeois. Dans un pays où les «maîtres» et leurs écoles font souvent la loi, on comprend qu'une telle oeuvre puisse poser problème. D'autant que Louise Bourgeois est un franc-tireur. Au gré de ses périodes créatives, elle utilise des matériaux aussi divers que le bois (dans les années 1950) , le plâtre et le latex (années 1960), le marbre et le bronze (années 1970-1980) avant de réaliser d'impressionnants environnements conçus avec un fatras d'objets trouvés.
L'art de Louise Bourgeois peut paraître choquant, oppressant. Il peut être émouvant Il est poignant lorsque l'on regarde ces dessins de 2007 représentant des mains tendues l'une vers l'autre. Créatrice infinie, Louise Bourgeois affirme que son oeuvre est enracinée dans une enfance qui n'a jamais perdu «ni sa magie, ni son mystère, ni sa dimension dramatique». Voilà pourquoi son art est si présent, si violent. Il est l'oeuvre d'une femme dont le besoin de consolation paraît impossible à rassasier. ( d'après le nouvel Obs. ).
Louise Bourgeois exposition au centre Georges Pompidou, jusqu'au 2 juin 2008.
www.centrepompidou.fr.

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

08/04/2008

181. Les mémoires d'Henry

 

 henri

Le nouveau roman d'Henry Bauchau, sans doute le dernier, récapitule sa longue vie, riche de tant de choses vécues.
"Boulevard périphérique" avait été ébauché il y a vingt ans. Mais il a été écrit récemment, à Louveciennes, petite ville située dans le département des Yvelines, à seulement une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Paris.C'est là qu'Henry Bauchau s'est retiré, seul avec une dame de compagnie, dans une grande maison appartenant à son fils. C'est là qu'il remémore son existence et écrit chaque jour. Cet homme de 95 ans sent ses forces diminuer et le roman est traversé du souffle particulier que les personnes âgées ont le don de transmettre. Tout est dit, songe-t-on en refermant le livre.
Le roman relate une période douloureuse de la vie de Bauchau. Au début des années 1980, il traversait chaque jour Paris, la ville-lumière, la capitale trépidante de vie, pour se rendre près d'une malade hospitalisée. Une femme encore jeune, sa belle-fille, perdait son combat contre un cancer. Bauchau se souvient. Ils parlaient peu mais se regardaient, il tenait sa main. L'auteur mêle subtilement des souvenirs beaucoup plus anciens à cet épisode douloureux. Cela lui permet d'évoquer des évènements vécus pendant une autre tranche de sa vie, la seconde guerre mondiale.

 

Henri Bauchau, écrivain et psychothérapeute d'origine belge, né à Malines en 1913, résistant de la guerre 40-45, installé à Paris en 1946, vient de publier en 2008 "Boulevard périphérique", Editions:"Actes Sud"

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer