27/06/2008

186. Le père de la nation.

 

 

 Mugaberobert2008

 

Le vent va-t-il enfin tourner en défaveur du tyran Robert Mugabe ? rien n'est moins sûr. A 84 ans bien sonnés, il s'accroche au pouvoir.   C'est en 1980 que Mugabe accède au poste de premier ministre du zimbabwé, ancienne Rhodésie. Devenu président en 1987, il règne depuis sans partage, écrasant tous ceux qui s'opposent à ses excès.
Lâché tardivement par les pays occidentaux, Robert Mugabe bénéficie encore du soutien de nombreux chefs d' états africains. Pourtant, en quelques années, il a plongé un pays jadis prospère dans la carence alimentaire et la misère. Accablés par la corruption et par le taux d'inflation le plus élevé du monde, les Zimbabwéens émigrent en masse. Si le leader du pays semble garder la forme à 84 ans, l'espérance de vie est particulièrement basse dans ce pays (36 ans).
Battu aux élections de Mars 2008, il a réussi à annuler le scrutin. Suite aux exactions commises par ses partisans, qui ont assassinés plus de 80 militants de l'opposition, celle-ci a jeté l'éponge avant les nouvelles élections prévues pour aujourd'hui.

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

03/06/2008

185. expérience vécue de la maltraitance.

A l'occasion de la quinzaine de lutte contre la maltraitance, permettez-moi de vous raconter ma douloureuse expérience personnelle.    

Entre 2002 et 2006, j'ai lutté sans guère de succès contre la maltraitance et le mépris des plus faibles qui gangrénaient la maison de repos où je travaillais. Cette maison du CPAS de la ville de Namur connaissait d'ailleurs un taux de morbidité et de mortalité anormalement élevés.  Parce que je dénonçais cette maltraitance insidieuse, je suis devenu, pendant plusieurs années, la cible d'un harcèlement permanent de la part des responsables de cette maison. En toute fin de législature, le président du C.P.A.S. sortant, Mr Etienne Allard, et le secrétaire Mr Alain Sorée ont préféré éliminer le témoin gênant de leur complaisance innommable.  Ils m'ont brutalement licencié le 27 Octobre 2006 sous un prétexte fallacieux. Il y a quelques jours, le tribunal du travail  a sévèrement condamné mon employeur pour licenciement abusif. Le C.P.A.S. de la ville de Namur n'aurait pas l'intention de faire appel de cette condamnation. 

index_2

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer