15/11/2009

218. Le discours trompeur.

 

maladie-d-alzheimer-hob.jpg

 

 

Les hommes, à vouloir toujours aller plus vite, n'ont plus conscience du temps qui passe, qui règle la vie. Ils ne voyent plus au delà du pare-brise. Comme si on passait de la vie active à la mort en enjambant la dépendance comme on évite une flaque d'eau sur le chemin. Ils oublient que la fin de la vie, ce n'est pas seulement la mort, mais le risque de perdre toute autonomie pendant des années. Il convient de dire que tout est organisé pour éviter de penser à cet holocauste. Comme si les 700.000 personnes placées en maisons de retraite étaient au "club med".
Même au coeur des maisons de retraite, le discours trompeur est entré et parfois propagé par certains responsables et soignants qui agissent avec les personnes âgées comme si elles devaient rester éternellement jeunes et belles, pour mieux les infantiliser, les cacher et les ignorer quand la dépendance survient. 

 

                       Dr Guy PETIN, gériatre, Haute-Marne, France. 

 

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.