20/03/2010

224. Une "Immortelle".

simone veil 82 ans

 

Cette semaine, Simone Veil est entrée à l'Académie Française, une institution tellement vénérable que ses membres sont appelés "les immortels". Agée de 82 ans, la femme préférée des Français (selon un récent sondage) rejoint un cénacle qui fut longtemps réservé aux hommes. Elle occupera le fauteuil n° 13 de cette prestigieuse assemblée, fauteuil qui a été occupé par d'illustres personnalités, comme Jean Racine, le dramaturge, les écrivains Pierre Loti et Paul Claudel, ou Maurice Schumann, un des pères de l'Europe.
Dans son discours d'accueil, Jean d'Ormesson a longuement retracé le parcours de Simone Veil. Sa naissance à Nice, le 13 juillet 1927; son enfance au sein d'une famille juive, républicaine et laïque ; son arrestation par la Gestapo, le 30 mars 1944, à Nice ; son arrivée au camp d'Auschwitz-Birkenau, le 15 avril 1944, à l'aube, en compagnie de sa mère et de sa soeur. "La déportation n'est pas seulement une épreuve physique, c'est la plus cruelle des épreuves morales, a-t-il affirmé. Revivre après être passé par le royaume de l'abjection est presque au-dessus des forces humaines." A la Libération, Simone Veil fait pourtant le choix de revivre. Elle s'inscrit à l'Université, se marie, a trois enfants. Elle deviendra par la suite plusieurs fois ministre (elle fût ministre de la santé de 1974 à 1979 ), elle accédera plus tard à la présidence du Parlement Européen.
"Vous avez des convictions, mais elles ne sont jamais partisanes, a poursuivi Jean d'Ormesson. Vous les défendez avec force. Mais vous êtes loyale envers vos adversaires comme vous êtes loyale envers vos amis. Vous êtes un modèle d'indépendance."

Écrit par p@role. dans . | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.