15/09/2011

249. Homme de son temps.

 

2012  800px-Edgar_Morin_IMG_0558.jpg

 

 

Edgar Morin est un jeune nonagénaire, puisqu'il est né le 8  juillet 1921 à Paris. Fils unique d’une famille de juifs commerçants et laïcs, le petit garçon perd sa maman alors qu’il n’a que dix ans. Il cherche consolation dans l’univers des livres. En 1938, il rejoint un mouvement étudiant et entre dans la Résistance dès le début de la guerre. C’est alors qu’il  adopte le nom de Morin, alors que son véritable nom de famille était Nihoum.
Il étudie la sociologie à l’université, obtient sa thèse et devient professeur. Il va conduire un des premiers essais d’ethnologie dans la société française : une étude sur une commune en Bretagne dans laquelle il séjourne un an. Il s’intéresse aux pratiques culturelles, telle la rumeur. Il fonde et dirige un  centre d’études, qui publie des recherches sur les médias dans la revue Communication qui paraît encore aujourd’hui.
Durant les années 60, il part près de deux ans en Amérique latine où il travaille à la Faculté latino-américaine des sciences sociales. En 1969, il est invité aux Etats-Unis, à l'Institut Salk de San Diego. Il y rencontre Jacques Monod, l'auteur du Hasard et de la Nécessité, et y conçoit les fondements de sa pensée : La Méthode (six volumes au total) est son œuvre majeure. Morin  cultive la pluridisciplinarité et s'applique à analyser la société d'un oeil malicieux.
Aujourd'hui directeur de recherche émérite au CNRS, Edgar Morin est docteur honoris causa de plusieurs universités à travers le monde. Ses publications exercent  une forte influence sur la réflexion contemporaine. Non seulement en Europe et dans le monde méditerranéen, mais aussi en Amérique latine, et en Asie, Chine, Corée, Japon.
Il est membre de plusieurs associations prônant la non-violence. Morin publie encore régulièrement et participe  activement à de nombreux débats. Il a encore eu des interventions très remarquées suite aux révolutions arabes de ce printemps. 

 

 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.