18/11/2005

103. Nous leur devons beaucoup.

 


"Les personnes âgées en ont vu énormément au cours de leurs vies, elles ont une expérience énorme en épreuves de vie. Il est donc normal qu'elles aient une voix pour exprimer leurs opinions et leurs observations. Elles sont notre mémoire collective, celles qui ont vécu, enduré, fait avancer les causes,... Bref nous leur devons beaucoup !
A discuter avec des gens âgés nous pouvons comprendre l'état du monde actuel et nous pouvons également espérer ne pas commettre les mêmes erreurs. Voilà donc de bonnes raisons de ne pas les oublier au fond d'une maison de retraite..."


 

 
Envoi de Sébastien Cholette, de quebec (canada).




Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

14/11/2005

102. Paroles acides.

 

 

« Je suis un psychanalyste juif en voie de décomposition, à la mémoire déclinante, à l’intelligence essoufflée, au sexe grabataire. »

 

«Assis dans mon fauteuil, je tue le temps.
Faux : on ne tue pas le temps, c’est lui qui nous tue. »

     


« La peine de mort, je la demande comme une grâce :
 la peine de vie est pour moi la peine capitale. »

 

Je hais les jeunes autant que je leur fais horreur.
Eux et moi nous sommes faits pour nous haïr :
ils sont ce que je fus, je suis ce qu’ils seront. »


 

extraits de : La seconde vie d'Abram Potz, de Foulek Ringelheim. Roman  publié aux éditions: "Luc Pire". L'oeuvre a obtenu le "Prix des lycéens 2005."»

A quatre-vingt six ans, Abram Potz va réagir et tenter de devenir le doyen mondial des tueurs en série ! Aussi tôt dit aussitôt fait : « J’ai tué un homme qui ne m’avait rien fait ». Le roman sera le récit de ce premier meurtre et de ceux qui le suivront. Un regard implacable et cynique sur le vieillissement.




Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

01/11/2005

101. Le temps des chrysanthèmes.

 

 

SallauminesHenriTrannin1

 

 

 

Les cimetières  sont pour beaucoup d'entre nous des jardins publics, des lieux romantiques, des musées en plein air...
jusqu'au jour où, brusquement, les aléas de la vie transforment ces mêmes endroits en lieux de souvenirs, de réflexions et de prières, et les chargent d'intenses émotions.


 



N.B.  Le thème de la mort en maisons de retraite a déjà été abordé. Voir  le n° 13, dans les archives. 

 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

27/10/2005

100 ...mille visites.



Merci de l'intérêt que vous portez à ce blog ouvert depuis septembre 2003. PAROLE vient de franchir le cap des cent mille visites...
PAROLE essaie de montrer une image positive de la vieillesse, sans nier les problèmes qui rendent difficile cette période de la vie.
Ce blog est surtout vu par des professionnels des soins de santé et par des étudiant(e)s. Il est pourtant classé dans le "top 50" des skynetblogs les plus populaires, parmi près de 100.000 blogs recensés. 


 question :      D'où viennent les visiteurs de Parole ? 
    réponse :    
de France, 46%, de Belgique, 35%, du Canada, 5%,de Suisse 4 %, du Maroc 3 %, des Etats-unis 3 %, les autres pays représentent 4 % ( d'après "Bonweb" ).

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

25/10/2005

 99. les vraies questions.

 




Et si les personnes âgées étaient, avant tout, considérées comme des personnes adultes ?

Que perdrions-nous, nous les professionnels, de notre pouvoir, de notre narcissisme ?

Que gagnerions-nous en échanges vrais, en expérience de vie, en humilité, en respect ?

Sommes-nous prêts à laisser vraiment la parole à chacun de nos aînés ?
A leur permettre d’exprimer leurs attentes, leurs craintes, leurs sentiments d’abandon, d’inutilité, leur peur de l’échéance finale, de la mort ?


Sommes-nous prêts à poursuivre le chemin avec chacun d’eux dans un échange relationnel fait de respect et d’intégration dans la vie sociale ?





Ces questions nous sont posées par  Marie-Claire GIARD, assistante sociale, responsable de l’Antenne Andromède, gérée par le Centre public d'action sociale de Woluwe-Saint-Lambert, en Belgique.
En 1993, l’Antenne Andromède avait été reconnue comme projet innovant dans le cadre de l’Année Européenne du 3ème âge.

 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

24/10/2005

  98. Performance.

 
Henri Salvador chante ce mardi 25/10 en Belgique. Son spectacle aura lieu à Bruxelles, dans la salle de Forest-National, d'une capacité de plus de 7.000 places et la mieux équipée de Belgique. Henri Salvador s'y produit entre Michel Sardou ( 21 octobre) et bob Dylan( 01 novembre). L'artiste poursuit une tournée mondiale qui devrait durer jusqu'en 2007.
Son dernier passage à Bruxelles datait de mars 2004 et l'artiste y avait enchanté le nombreux public pendant plus de deux heures. Rien de très spécial sinon que l'on peut saluer la performance d'une personne âgée puisque le chanteur a fêté ses 88 ans. Henri Salvador est né à Cayenne, en guyane Française, le 18 juillet 1917.

 

Discographie des cinq dernières années:
 

2000 : "Chambre avec vue", pour lequel l'artiste a reçu un disque de diamant récompensant plus de 1,5 millions d'exemplaires vendus
2002 : "Performance", et "Room With A View", version américaine de "Chambre avec vue",
2003 : "Ma chère et tendre",
2005 : "Bonsoir amis"




Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

15/10/2005

97. Créativité de la personne âgée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Henri MATISSE est au sommet de son art, en 1952, quand il peint ce tableau. Ce " nu bleu ", débordant de lumière et de sensualité est un de ses plus belles créations, reconnue comme une des oeuvres qui ont marqué l'art moderne.
MATISSE, né en 1869, est alors âgé de 82 ans.  





 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

09/10/2005

96. Parole du gériatre.









 


 
L'immobilisation est l'opprobe de la gériatrie.
 La gériatrie est une médecine debout.


                                                                                                     Dr R. Grimbach.



Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

26/09/2005

95. Pour un 25ème anniversaire.






La maison de long séjour.



La maison où l'on vit ses derniers jours
est appelée ici " maison de long séjour ".
les infirmes, les vieillards et les agonisants
qui la peuplent sont appelés " résidents ".
Plus les choses sont dures
plus on leur donne des noms faibles.


J'entre dans l'ascenseur,
j'appuie sur le bouton du deuxième étage
et je m'apprête à une nouvelle rencontre
avec l'envers du monde.


De la mort qui est ici chez elle,
personne ne leur parle.
Ils sont les seuls à en dire quelque chose,
toujours à l'improviste et à voix basse,
comme s'il s'agissait d'une chose honteuse.


Ces gens dont l'âme et la chair sont blessées
ont une grandeur que n'auront jamais
ceux qui portent leur vie en triomphe.


Je ramène de la maison de long séjour
un besoin de toucher,
ne serait-ce que furtivement,
l'épaule de ceux que je rencontre,
et une méfiance accrue des beaux discours.





 
                                                                    extrait du livre " la présence pure "
de Christian BOBIN.
maison d'édition: "le temps qu'il fait" à Cognac (FRANCE)

 merci au Docteur Jean-Paul Ryckaert qui m'a fait connaître l'ouvrage.

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

21/09/2005

94. travail d'un demi-siècle.

 
 

 

 


Né le 31 décembre 1908 en Ukraine, Simon Wiesenthal était architecte de formation mais l'oeuvre de sa vie fut son engagement au service de la mémoire des victimes du nazisme. Il avait vécu personnellement l'horreur hitlérienne dans sa chair en perdant près d'une centaine de membres de sa famille d'origine juive et en connaissant lui-même pas moins de dix camps nazis. Libéré le 5 mai 1945 par l'armée américaine, il s'était installé à Linz, en Autriche. Le retour à une vie normale fut difficile car l'homme était frêle, fragile, à la santé déficiente. Mais la volonté de vivre prit le dessus.
A ses yeux, «il ne pouvait y avoir de liberté sans justice». Wiesenthal savait  que certains tortionnaires avaient pu passer entre les mailles du filet et refaire leur vie, sous de nouvelles identités et sous d'autres cieux, souvent d'autres continents mais aussi dans l'Espagne franquiste. Il décida donc de «consacrer quelques années à la justice» mais elles se sont finalement transformées en décennies. Jusqu'à son dernier souffle en fait...

Un travail d'un demi-siècle, en ne disposant guère de moyens financiers, qui a permis de retrouver, de faire arrêter et finalement juger quelque 1100 criminels de guerre.
Il y a deux ans, il avait décidé de prendre enfin quelque repos. Pourtant, cette année encore et bien que sa santé chancelante ne lui permettait plus de mobiliser l'opinion comme jadis, Wiesenthal avait encore traqué un médecin sadique de Mauthausen en Espagne.
Simon Wiesenthal est mort ce lundi 19 septembre, à l'âge de 96 ans.
« Survivre est un privilège qui engendre des obligations», avait-il écrit dans ses Mémoires.  


(la photo ci-dessus date de  juin 2005.)
 

 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

12/09/2005

93. Journées Internationales

 


Ce mercredi 21 septembre 2005, pour la douzième fois, aura lieu la journée mondiale de la maladie d'Alzheimer. Cette maladie neurodégénérative est devenu aujourd’hui un véritable enjeu de santé publique dans nos pays. Au Canada, sur une population de 32. 000. 000 d'habitants,  pas moins de 400. 000 personnes souffrent de la maladie d'alzheimer ou  de démences connexes.


Ce prochain samedi 1er octobre 2005,  une journée internationale des Personnes Âgées est programmée à l'initiative de l'Organisation des Nations Unies. 
Différentes manifestations auront lieu, un peu partout dans le monde. Tout au long de cette journée, plusieurs initiatives seront organisées, qui feront le point en ce qui concerne le respect des droits des personnes âgées depuis la mise en place des principes en faveur des personnes âgées énoncés pour la première fois par les Nations Unies en 1991 :
indépendance, participation, épanouissement personnel et dignité.


 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

02/09/2005

92. Quand je serai vieille... 

 

 


Quand je serai vieille,


je veux qu'on m'appelle par mon nom ou mon prénom, selon mes fantaisies.
Je veux qu'on prenne le temps d'être un peu avec moi, parfois même dans un silence confortable. Qu'on me touche et qu'on me prenne la main, seulement si ça me convient.
Que toutes les attitudes envers moi me rappellent que je suis une vraie personne, même si je fonctionne au ralenti, même si j'ai quelques faux plis!

Si la situation devient trop difficile, peut-être ferais-je un peu la confuse pour savoir ce que vous pensez réellement de moi, peut-être serais-je réellement confuse...
J'aurai alors besoin de plus de tendresse et de chaleur, mais pas de me sentir dans une pouponnière !

Si je n'entends plus, qu'on m'écrive des messages, qu'on me laisse à proximité des tonnes de papier.
Si je ne vois plus, qu'on me donne l'occasion d'entendre de beaux textes, de la belle musique. Surtout parlez-moi en m'approchant, nommez-vous pour que je sache qui rôde dans ma chambre.
Si je ne parle plus, regardons-nous dans les yeux, lentement et le temps qu'il faut. J'aurai l'impression que quelqu'un tente de me comprendre. Comprenez que je crie de détresse et d'impuissance: le silence est si indécent, si angoissant.
Si je n'ai plus la force de tenir un livre, aidez-moi à trouver un autre moyen de me nourrir l'esprit.

Denis Rousseau.

merci à Elisabeth Ficher, étudiante en psychologie à Bruxelles, pour l'envoi de ce texte. 







Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

29/08/2005

91. parole du sociologue.

 
 

« Le soin est bien plus qu’une question de services et d’actes psychosociaux et médicaux. C’est d’abord une question de lien entre des humains. »
 
 

Mario Paquet, sociologue.
Chercheur à l’Institut universitaire de gériatrie à MONTRÉAL.





Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

14/08/2005

90. Les vieux mariés.

 



Marguerite et André, qui totalisent 208 ans à eux deux, viennent de fêter, à leur domicile d'Argenton-sur-Creuse, dans le département de l'Indre (France), leur 81e anniversaire de mariage. Mariés le 12 août 1924, ils avaient donc fêté leurs noces de chêne (80 ans de mariage) l'année dernière.
Marguerite et André, 101 et 107 ans respectivement, ont aujourd'hui deux enfants, quatre petits-enfants et six arrière-petits-enfants qui sont venus partager le déjeuner familial tenu à cette occasion ce vendredi, avec une petite coupe de champagne au programme...
Et pourtant, la vie de ces deux anciens enseignants n'a pas été sans embûches. André est en effet l'un des derniers soldats survivants de la guerre 14-18. Mais c'est la seconde guerre mondiale qui lui a laissé les pires souvenirs. Son père, réfugié chez les parents de son épouse, fut tué dans un bombardement aérien en 1940 à Aigurande (Indre), alors que sa mère trouva la mort en 1944, dans un autre bombardement, pendant le débarquement de Normandie.
les plus vieux mariés de France continuent de vivre à leur domicile, grâce à l'assistance de deux aides à domicile qui se relaient quotidiennement auprès d'André. Marguerite, six ans plus jeune, est encore très alerte et passionnée de lecture.


 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

05/08/2005

89. L'abbé Pierre.

 

 

 


Né le 05 août 1912, l'Abbé Pierre, le fondateur d'Emmaüs, a fêté aujourd'hui, à Paris, son 93e anniversaire. Aux nombreux journalistes venus le saluer, il a fait part de sa gêne devant le «remue-ménage» provoqué par la célébration.
"A mon âge, avoir une activité sociale et intellectuelle comme j'ai, ce n'est pas courant", a reconnu le vieil homme, dont la mémoire et la vivacité forcent l'admiration des proches et des visiteurs. "On ne peut pas dire que je m'ennuie".

"Il n'y a pas de maladie, alors je ne peux pas dire que ça ne va pas. Mais il n'y a pas de forces, alors je râle", a-t-il répondu avec son humour habituel à une question sur son état de santé. "Malgré le peu de forces, j'arrive à faire un peu", a-t-il ajouté.
L'abbé Pierre a une nouvelle fois profité de l'occasion pour rappeler son combat contre la précarité.
Il y a deux mois, Le Président de la République Française lui avait décerné la Grand Croix de l'Ordre national de la Légion d'honneur. Jacques Chirac avait salué en lui «une grande voix de tous les hommes sans voix» et une «figure emblématique de la défense des droits de l'homme». En février dernier, l'abbé Pierre avait lancé un nouveau cri d'alarme sur «l'état du mal logement en France», évoquant ces «trois millions de français qui n'ont pas la sécurité de l'habitat».



 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

23/07/2005

88. Régime pour vivre longtemps.

 

 

Une étude scientifique a analysé l'incidence de l’hygiène de vie des personnes âgées européennes sur leur longévité. Le suivi, pendant 10 ans, de la durée de la vie d' une population âgée de 70 à 90 ans et répartie dans 11 pays de la communauté (cohortes fortes de 1507 hommes et 832 femmes) a donné les résultats suivants, par ordre d'importance:

 

  • Avoir une activité physique régulière diminue la mortalité de 37%
  • ne pas fumer de 35%
  • Suivre un régime de type méditerranéen de 23%
  • avoir une consommation modérée d’alcool de 22%
 
Ces effets bénéfiques concernent aussi bien les décès d’origine cardiovasculaire que cancéreuse et sont partiellement cumulatifs. En effet, adopter un régime méditerranéen tout en buvant un peu d’alcool, sans fumer et en faisant régulièrement de l’exercice diminuent le risque de mortalité de 65%.
A l’inverse, ne suivre aucun de ces conseils d’hygiène de vie augmente le risque de décès de 60%. Sur cette période de 10 ans, 935 participants sont décédés.
 
 
©2005 Successful Aging Database: study in Europa.Knoops KT et al,2004.

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

15/07/2005

87. Lucidité.









Dans une société qui mise tellement sur la jeunesse , la beauté, la forme physique et les loisirs, il n'est pas très valorisant de s'occuper des vieux.
Il est encore tenu pour honorable de s'occuper de ses parents ou de ses grands-parents, mais si vous déclarez travailler comme soignant en institution gériatrique, votre interlocuteur risque de penser que vous êtes soit un professionnel de  qualité médiocre ou que le marché du travail ne vous a pas laissé d'autre choix.


Et l'on rencontre effectivement certains soignants qui répondent à l'un ou l'autre de ces critères...









Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

12/07/2005

86. Les trois soeurs.

 

 

blog soeurs guilleaume

 



 

Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

21/06/2005

85. C'est le temps de l'été.

 

 

 

Avec l'été, reviennent les périodes de fortes chaleurs. L'impact de la chaleur sur le corps humain est aggravé par l'effet conjugué du vieillissement physiologique et des pathologies sous-jacentes. L'exposition d'une personne âgée à une température environnementale élevée risque souvent d'entraîner une réponse insuffisante de ses mécanismes de thermorégulation.

 

 

quelques suggestions... 

 

  •  proposer aux personnes âgées dépendantes des boissons fraîches ne suffit pas, il faut encourager et aider à boire, ce qui permet de surveiller les quantités ingurgitées...cela demande évidemment plus de temps et de disponibilité, et la disponibilité ne se commande pas !
  •  offrir plus de potages, riches en sels minéraux, par exemple en proposant  un potage chaque soir.
  •  mettre au lit plus tardivement les personnes. Cette mesure offre un double avantage : cela permet d'hydrater les patients plus tard et de mieux leur faire profiter de la fraîcheur de la soirée.
  •  offrir des espaces climatisés, occulter les vitrages qui augmentent la chaleur en la réfléchissant, créer des courants d'air et faire circuler l'air en ouvrant les portes qui communiquent avec des endroits plus frais.
  •  faire porter des vêtements amples et favoriser les tissus légers comme le coton.
  •  Rafraîchir les personnes alitées avec des linges humides. 
  •  il est intéressant de revoir les posologies et de diminuer la consommation de médicaments diurétiques ou anxiolytiques chez les nombreuses personnes âgées souffrant d'insuffisance rénale. (il a été constaté en France, lors de la catastrophe vécue en août 2003, que trop peu de médecins avaient eu ce réflexe envers leurs patients âgés fragiles)
  •  etc,etc.  

    Pour informations plus complètes sur ce sujet, consulter les archives, ci-dessous à gauche, articles n° 15, 47 et 48.

  • Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    19/06/2005

    84. La dignité humaine.

     

     

     

     

    la dignité humaine est une valeur à laquelle on ne peut pas toucher, une valeur qui ne peut jamais être avilie ou amoindrie.

     


    Dominique Simonet.

    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    16/06/2005

    83. Elle débordait d'activité.

     
    La comédienne Suzanne Flon est décédée, ce mercredi 15 juin, dans une clinique parisienne. Une maladie fulgurante l'a emportée à l'âge de 87 ans.
    Au grand écran, Suzanne Flon avait obtenu deux César du meilleur second rôle féminin, le premier en 1984 pour "l'Eté meurtrier" et le second en 1990 pour "la Vouivre".
    Dans la vie privée, elle était accessible, joyeuse et sans chichis. Ses succès au cinéma ne lui ont pas fait plus tourner la tête que ses deux Molière de la meilleure comédienne reçus en 1987 et 1995.
    Cette année, elle avait achevé le tournage du film "Fauteuils d'orchestre" de Danièle Thomson. Au théatre, elle préparait pour la rentrée, son rôle dans "Savannah Bay", une pièce de Marguerite Duras.




    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    03/06/2005

    82. Un secret de 30 ans.

     

     


     

    Un des plus grands mystères de la politique américaine vient d'être levé. Un important magazine américain a publié, cette semaine, un article dans lequel W. Mark Felt, âgé de 91 ans, ancien directeur adjoint du FBI, dévoile publiquement son rôle capital dans le scandale du "Watergate". Le haut fonctionnaire en retraite reconnaît avoir été, trente ans plus tôt, le mystérieux informateur qui avait si bien renseigné la presse sur des pratiques douteuses commanditées par le président Nixon. Les révélations du vieil homme ont fait souffler un vent de folie sur les télévisions américaines, qui ont aussitôt convoqué de multiples experts pour débattre d'une question qui passionne l'Amérique depuis trois décennies.
    Mark Felt, qui coule des jours paisibles dans la ville de Santa Rosa en Californie, avait déjà confié son secret à sa proche famille en 2002. Il avait déclaré à son fils qu'«il n'était pas particulièrement fier» du rôle qu'il avait joué et qu'il avait peur d'être mal compris, mais qu'il avait envie de révéler publiquement  son lourd secret «parce qu'il approchait de la fin de sa vie». Finalement, en accord avec ses proches, le vieil homme a décidé de rédiger un article pour la revue à grand tirage "Vanity Fair".

     

    Durant la campagne électorale de 1972 qui avait abouti à sa réélection, le Président Nixon avait fait placer sous écoute téléphonique le siège du Parti démocrate. Prévenus par un mystérieux informateur, Carl Bernstein et Bob Woodward, deux courageux journalistes du Washington Post, avaient publié une série d'articles qui révélaient à l'Amérique et au monde, les pratiques illégales utilisées par le président Nixon. Le scandale du Watergate ( du nom de l'immeuble où était établi le siège du  parti démocrate) avait entraîné la démission du président républicain deux ans plus tard, en 1974.  



    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    21/05/2005

    81. Un modèle à suivre.

     

    Quel est le pays où les autres générations considèrent comme tout-à-fait normal de consacrer une part importante du budget de l'état pour les personnes du quatrième âge, où les autres générations sont fières d'investir prioritairement pour l'épanouissement de leurs seniors ?


    C'est le Danemark. Un des pays d'Europe où la situation des « vieux » semble la plus enviable. L'état nordique a même réussi à mettre en place une politique qui a diminué le nombre de personnes âgées vivant en institutions malgré le vieillissement de la population. Au Danemark, le challenge est d'encourager des gens de plus de 90 ans de vivre encore dans leurs quartiers et dans leurs meubles. Pour les personnes qui ne peuvent rester à domicile, la volonté de la population est que les aînés se sentent respectés et considérés dans des maisons de retraites où le maintien de l'autonomie n'est pas un voeu pieux mais une réalité!
    Le Danemark est un pays où les personnes âgées, fussent-elle édentées, gardent le droit à la parole et un véritable pouvoir de décision ! Chaque municipalité danoise doit avoir son conseil des seniors qui détient un droit de regard sur toutes les décisions concernant les retraités. Les conseils des seniors peuvent compter sur le soutien de "Daneage " : une très puissante association de 500 000 adhérents, aussi incontournable qu'un parti politique ou qu'un syndicat, qui défend efficacement les intérêts des personnes âgées. Et quand les vieux participent au pouvoir, ça bouge, et même ça marche ! Un système offrant des transports adaptés et gratuits, un aménagement urbain adéquat, l'enseignement universitaire et le sport gratuit pour les seniors, des ateliers de stimulation intellectuelle, une aide personnalisée gratuite pour rester à la maison, des maisons de retraite étonnantes où les personnes âgées décident des menus et confectionnent les repas, où on mange comme au restaurant, où on apprécie boire du vin français et fumer un bon cigare, où on rit, danse et garde une activité sexuelle.
    Dans ce pays où les seniors se prennent en main, bien vivre et avoir droit au bonheur sont autorisés aux personnes du quatrième âge.
     


    "Le pays où les seniors sont rois", film réalisé par Chergui Kharroubi. A voir, le vendredi 27 mai sur TV5, à 18 h 30, heure de Paris, dans l'émission de reportages "Actuel". (durée 80 min.).


    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    10/05/2005

    80. Scénario inachevé.

    Le dessinateur et scénariste américain Joe Grant, collaborateur de la maison de production Walt Disney, a eu une attaque cardiaque ce vendredi 06/05/2005 alors qu'il travaillait à sa table à dessin dans sa maison de Californie. A 96 ans, il n'a pas survécu à cet accident cardiaque.
    La carrière de Grant chez Disney commence en 1933 et s'étale sur plus de six décennies à commencer par son travail pour les tout premiers films tels que "Blanche-Neige" pour se poursuivre avec "Fantasia", "Dumbo" et "La belle et le clochard".
    A plus de 80 ans, il avait encore collaboré à la création des films "Aladdin", "Le Roi Lion", "Pocahontas" et "Mulan".  
    Grant continuait à travailler quatre jours par semaine pour la maison de production Walt Disney et planchait sur des projets de longs et courts films d'animation.







    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    05/05/2005

    79. Patrimoine des personnes âgées.


    « Alors que Sophocle était devenu fort vieux, ses fils le traduisirent en justice pour obtenir la gestion de son patrimoine. Ils demandaient aux juges que leur père soit jugé déraisonnable, incapable de gérer lui-même ses biens.
    Le vieillard assura sa défense en donnant lecture d'un superbe extrait de la tragédie : " Œdipe à Colone" qu'il venait d'achever.
    Ensuite, Sophocle demanda aux juges si, à leurs yeux, c'était là l'œuvre d'un débile...et les juges l'acquittèrent. » 
     
     
    Extrait du  « de Senectute » de  CICERON.
    « de Senectute », titre en langue latine, que l'on pourrait traduire par « Savoir vieillir ». 

    Sophocle, poète tragique grec né à Athènes, a vécu de 496 à 406 avant notre ère.
    La production littéraire de Sophocle est abondante. Mais sur les cent vingt-trois tragédies recensées par les anciens, sept seulement sont parvenues dans leur intégralité jusqu'à nous, dont Antigone, Œdipe roi, Électre,etc. L'oeuvre citée par Cicéron aurait été écrite en 409 avant J.-C.






    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    28/04/2005

    78. Témoignage d'une situation vécue.


    «Depuis le début de cette année,je m'occupe de personnes âgées, chez elles. Je les aide à se laver, à s'habiller, je fais les courses, les repas, un peu de ménage.
    Par rapport à mon expérience précédente dans une maison de retraite, c'est le jour et la nuit!

    J'ai été horrifiée par ce que j'y ai vu, au point de me demander si je n'avais pas fait fausse route en m'engageant dans cette voie professionnelle.
    Je travaillais en Seine-Saint-Denis. De l'extérieur, le bâtiment de trois étages avait l'air très bien. A l'intérieur, c'était l'enfer...

    A 8 heures, on commençait par changer les personnes incontinentes et les habiller. Le matin, ils étaient parqués - il n'y a pas d'autre mot - dans une salle commune, devant un poste de télévision. Personne ne s'occupait plus d'eux jusqu'à midi. Dans cette salle, tout le monde est mélangé. Pour ceux qui sont en bonne santé, le spectacle de la décrépitude des malades d'Alzheimer est vraiment triste. Pas étonnant qu'ils soient tous déprimés. Il ne se passait pas un jour sans que j'entende l'un des pensionnaires me dire: "J'ai envie de mourir."
    Les plus agités étaient carrément attachés à leur chaise; Un jour, j'ai voulu changer une dame qui avait fait sous elle; on m'a dit que ce n'était pas l'heure…
    Alors qu'il faudrait passer du temps avec chacun, leur parler doucement, les écouter…

    ...Dans ces établissements, il n'y a pas assez de personnel. Les femmes qui y travaillent, mal payées, n'aiment pas ce qu'elles font, et je les comprends. S'occuper des personnes âgées à leur domicile, c'est tellement mieux! On n'est pas mieux payé, mais on peut prendre le temps de connaître la personne, de s'adapter à ses besoins. Dommage que la formule ne soit accessible qu'aux plus aisés.»
     
    Extraits du témoignage d' Aïda B., auxiliaire de vie, recueilli par Hélène Constanty, journaliste,
    et  publié dans "L'EXPRESS" du 18/04/2005.



























    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    21/04/2005

    77. Ils avaient vingt ans en 1940...


     

     
    Les résidents de nos maisons de repos ont connu les heures sombres de la guerre mondiale 1940-1945. Beaucoup ont participé au combat pour la liberté, notre liberté. Certains ont été déportés vers les camps de prisonniers ou les camps de concentration. 
    Le 08 mai prochain, nous célébrerons le soixantième anniversaire de la fin de la guerre. Ce sera sans doute l'ultime occasion de saluer le courage de ces gens dont la jeunesse a été sacrifiée. Il est important de leur témoigner de notre respect et de leur dire que nous n'avons pas tout oublié.


    voir dans les archives, cliquer sur article n°69.






    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    15/04/2005

    76. Performances sportives.


     
    Le 29 ème marathon de Paris s'est couru ce dimanche 10 avril 2005, sur une distance de 42,195 kilomètres. Par un temps idéal pour courir, 35 000 concurrents ont pris le départ sur les Champs-Elysées dans une ambiance toujours aussi festive. Tout au long du parcours, près de 150 000 personnes étaient présentes pour encourager les concurrents et profiter de la fête dans les rues de la Capitale.
    Les médias ont relaté l'évènement et la victoire du coureur kenyan Salim Kipsang, âgé de 26 ans, qui a accompli  la distance en 2H 08' 02".
    En regardant de plus près les classements, nous avons relevé les résultats d'athlètes plus modestes mais qui ont néanmoins accompli une performance respectable :
    Talleux Roland, âgé de 81 ans, termine en 05h 11'18",
    à la 27572 ème position,
    Puccianti Valerio, âgé de 83 ans, termine en 06h 01'57",
    à la 28790 ème position.
      





    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    04/04/2005

    75. Au sujet de la mort d'un pape.


    " Si le pape était mort cinq ans plus tard au fond d'une maison de retraite,
    ça n'aurait pas eu le même impact !"

     
    Monseigneur jacques Perrier, évêque de Lourdes, sur france info, ce 03/04/05. 

     

    Juste avant la mort, l'agonie.
    Cela va de quelques secondes à plusieurs semaines. C'est bref et violent, ou lent comme une pavane. Le mot agonie lui-même vient du latin agonia, qui signifie angoisse, dérivé du grec agônia, qui veut dire lutte. L'agonie, c'est donc un combat. Le dernier pour reculer l'heure de la mort, entre vie et trépas. Le dernier souffle qui manifeste qu'il y a encore de la vie mais plus d'espoir... Cela vaut pour tout le monde, mais l'agonie d'un pape se pare d'un mystère et d'une mise en scène supplémentaires. On en a encore eu la preuve en suivant l'ultime combat de Jean Paul II. Un personnage très important, au plus mal, masque de souffrance fiché dans sa chair, ne meurt pas comme le commun des mortels. Il est tout à la fois entouré et dépossédé de sa mort. Il est difficile d'admettre que le pape, surmontant son Parkinson, sa trachéotomie, sa désydratation et sa septicémie, soit resté "lucide et serein". L'agonie d'un pape, grand mystique et globe-trotter impénitent, chef d'une Eglise d'un milliard de fidèles, ne pouvait ressembler à une autre.

    Laurent Greilsamer (extraits d'un article paru dans "le Monde")


    Karol Jozef Wojtyla est né à Wadowice (Pologne) le 18/05/1920. Il est devenu pape le 16/10/1981, sous le nom de Jean-Paul II .Après avoir dirigé l'église catholique pendant plus de 26 ans, il est décédé ce 02/04/2005.




















    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

    28/03/2005

    74. Le Pape qui a perdu la parole.

    La fin de vie du pape donne une nouvelle dimension, tellement plus humaine, à cet homme exceptionnel. "Jean-Paul superstar"  a quitté définitivement le camp des grands de ce monde, le monde de l'argent, le monde du pouvoir. Depuis quelques semaines, il était définitivement entré dans le monde des personnes âgées et handicapées. Ces derniers jours, il a rejoint le camp des sans-voix et des agonisants. Il semble qu'il ait refusé qu'on cache ses souffrances et ses faiblesses. Au contraire, le pape devenu infirme fait l'effort de se montrer, de venir à la rencontre du monde tel qu'il est.

    Le pape n'est plus un grand de ce monde qui rend une brève visite aux malades en entrainant avec lui les médias. Le chef de l'Eglise catholique est devenu un vieil homme comme tant d'autres dans nos maisons gériatriques. 
    Alors qu'il ne parle plus, il témoigne mieux que jamais sur la maladie et la mort. Il contribue à briser la loi du silence sur les souffrances physiques et morales qu'endurent de nombreuses personnes âgées.























    Écrit par p@role. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer